Enfant intérieur

Travail sur les blessures par la rétrogénèse

La part d’enfance en nous est comme la terre d’origine de notre histoire. Un pays que nous avons besoin de revisiter pour remettre du sens dans notre vie. L’enfant en nous est la source de notre créativité, le trésor souvent oublié, un univers délaissé qu’il est bon de reconquérir pour se connaître et s’accomplir. Visiter son enfance c’est aussi prendre le risque de rouvrir des blessures enfouies. Les traumatismes des trois premières années laissent des cicatrices qui nous accompagnent toute notre vie.

Ils créent des comportements compulsifs conditionnant notre perception de la vie et notre façon de vivre la relation, dont nous arrivons difficilement à nous débarrasser.

Les traumatismes vécus plus tard ont généralement leur source dans ces trois premières années

Dans le travail thérapeutique, l’enfant blessé se présente avant l’enfant innocent, créatif et libre… La rencontre avec l’enfant blessé semble être le passage obligatoire pour accéder à ce qu’il y a de plus beau et de plus précieux en soi. Ce n’est cependant qu’un passage car il ne s’agit pas de barboter des années dans des émotions négatives mais plutôt de prendre conscience de la genèse de sa blessure car cette prise de conscience permet de reconnaître et de libérer l’enfant brimé, abandonné ou malmené qui vit en soi et par là même de reconnaître et de libérer notre essence profonde, notre potentiel créatif, notre spontanéité.

Cette démarche permet ainsi une désidentification à la blessure.

L’enfance restaurée devient un réservoir de sérénité, de forces vivantes, de lucidité, pour affronter les crises de l’existence.

Concrètement, il s’agit d’un processus d’intériorisation profonde permettant l’accès à ce qui est enfoui dans notre inconscient.
Une phase de relaxation précède l’intériorisation. Elle permet de s’abstraire suffisamment du mental et du monde extérieur pour entrer en soi. Elle nous permet aussi d’aller au-delà de notre sensation physique, de nos réactions émotionnelles ou mentales, pour contacter un état plus originel.
Ré expérimenter le processus d’incarnation, se retrouver dans le petit enfant que l’on a été et revivre les premières phases de notre vie. Cette démarche est éclairante. Elle est suivie d’un processus de guérison. Par une sincère présence à soi, il est possible de retoucher cette part originelle non blessée. S’opère alors une transmutation, et l’on peut ressentir que l’énergie circule différemment dans le corps.
Reste alors à ancrer cette identité retrouvée afin de l’exprimer concrètement dans notre vie.

- Michèle Zeidler
Psychologue clinicienne, gestalthérapeute, formée à la symbolique, au travail de rétrogénèse et à la biographie.

* La rétrogénèse est une technique mise au point par Marie-Pascale Remy, explicité dans son ouvrage « Enfance et Spiritualité » Ed De Mortagne. Voir site : www.mariepascaleremy.com