L’iridologie

Méthode de dépistage et de prévention -

Les éléments fréquemment observés sont pour la majorité des auteurs :
• la couleur de base : bleue, brune ou verte renseigne le praticien sur l’hérédité du sujet et ses prédispositions pathologiques.
• les couleur ajoutées : les taches ou les surpigmentations en cercle, indiqueront des surcharges digestives et métaboliques (cholestérol, acide urique).
• la trame : la densité du muscle irien est le reflet de notre vitalité et de notre immunité - excellente si l’iris est dense « en aspect verre de montre » ; moyenne, si les fibres iriennes sont relâchées.
• les pertes de substances, encore appelées ogives (« trous » plus ou moins profonds, correspondent à des lésions organiques, présentes ou passées).
• les altérations circulaires ou linéaires, sont les témoins des déséquilibres neuro-végétatifs.

Les différents signes iriens observables seront interprétés selon des localisations horaires précises regroupées dans une topographie :
• c’est ainsi que la zone réflexe cérébrale se situe au nord de l’iris, entre 11h et 1h ;
• la cage thoracique (poumons et cœur) sur la ; ligne des 3h à gauche et 9h à droite, le foie et la vésicule biliaire dans l’iris droit vers 8h, le pancréas et la rate, symétriquement opposés sur la ligne des 4h dans l’iris gauche ;
• l’appareil urinaire, génital et l’appareil locomoteur se situent au sud de l’iris entre 5h et 7h ;
• l’estomac et les intestins se localisent en couronne tout autour de la pupille.

Si l’examen irien devient le miroir de notre corps, il est aussi celui de notre univers psychologique et énergétique.

TAGS Iridologie -