Fasciathérapie

Les fascias, de même que toutes les structures corporelles, sont animés d’un biorythme sensoriel. Grâce à son entraînement perceptif, le fasciathérapeute capte cette activité non visible mais vitale qui prend la forme d’un rythme lent et régulier de deux allers-retours par minute.

Les fascias sont très sensibles à toutes formes d’agression physique, psychologique ou biologique. Lors d’un stress, le fascia se rétracte, se crispe. Cette réaction d’adaptation est en principe réversible mais il est fréquent que ces tensions s’installent et perturbent l’équilibre général de l’organisme. Par l’intermédiaire de cette véritable mémoire corporelle, les chocs physiques et psychologiques restent inscrits et stockés à notre insu. Il s’installe alors une fragilité qui permet à des pathologies plus sérieuses de se développer.

Dans une première étape, le fasciathérapeute, par un suivi manuel doux et respectueux, repère les immobilités dans le corps du patient. C’est en suivant les informations perçues au niveau des tissus et en se faisant l’allier de la biorythmie interne du patient qu’il permet au corps de retrouver son chemin vers la guérison. Dans une deuxième étape, il consolide le traitement par une gymnastique sensorielle qui invite le patient à participer aux effets créés par le traitement.

Plus qu’une thérapie corporelle, la fasciathérapie est une philosophie qui réintègre le corps dans la vie de l’individu en lui permettant de se réapproprier ses sensations internes.

La fasciathérapie traite avec succès :
- les problèmes musculaires et articulaires (rhumatismes, sciatiques, lumbagos, arthroses, entorses, torticolis, névralgies…) ;
- les maladies fonctionnelles (migraines, sinusites, troubles digestifs et uro-gynécologiques…).

La fasciathérapie est efficace dans la prévention ou le soutien en cas de :
- troubles respiratoires (asthme, bronchites, emphysème…) ;
- fatigues, tensions, stress, mal-être…
- pathologies graves (cancers, sclérose en plaques, déficit immunitaire…).