Les thérapies Familiales (III) - Les conférences de Macy

Par François-Xavier Colle, psychologue, psychothérapeute -

Les conférences Macy sont initiées par une puissante et riche fondation philanthropique de recherche médicale. Heinz Von Forster secrétaire des conférences dès 1949, y joue un rôle majeur. Ces travaux influenceront ultérieurement Henri Atlan, Edgar Morin, Francisco Varela, Umberto Maturana et bien d’autres. Jean Pierre Dupuy dans un ouvrage intitulé « Aux origines de des sciences cognitives » insiste sur le rôle majeur des conférences MACY. Les thérapeutes familiaux n’y font plus guère référence, et pourtant, les thérapeutes systémiciens ont largement contribué à la diffusion de leurs réflexions, en invitant ces chercheurs aux congrès de thérapie familiale entre 1980 et 2000.

En France les psychothérapeutes, dissèquent savamment les recherches sur les groupes et l’inconscient familial, à partir des travaux de Bion, d’Anzieu et il s’exerce comme un refoulement de l’antériorité des recherches pionnières aux Etats-Unis.

De quoi s’agit-il ?

De 1946 à 1953 se tiennent dix conférences dans un grand hotel à New York. Mathématiciens, logiciens, ingénieurs, physiologistes et neurophysiologistes, psychologues, anthropologues, économistes sont conviés pour édifier une science générale du fonctionnement de l’esprit.

Serait- ce imaginable à notre époque !? Gregory Bateson et Margaret Mead y sont associés, Heinz Von Forster en est le secrétaire et la mémoire active.

Tout groupe de ce genre pour affirmer son identité se trouve un nom de code : ce sera « cybernétique ». Pour Jean-Pierre Dupuy (« aux origines des sciences cognitives »La découverte/Poche) un des chapitres essentiels de l’histoire des idées du vingtième siècle (et notamment des sciences cognitives) s’écrit à cette époque.
La révolution épistémologique est en route lors de la première rencontre en mars 1946 avec le titre « Feed back Mechanisms and Circular Causal Systems in Biological and Social Systems » en référence aux travaux de Norbert Wiener et de Warren Mac Culloch. Le terme de cybernétique est forgé en 1947 par Wiener.

En 1949, Heinrich Von Forster, autrichien spécialisé en ingénierie électrique (et par ailleurs neveu du philosophe Ludwig Wittgenstein) quitte Vienne et débarque aux Etats-Unis avec dans sa poche, une monographie sur la mémoire. Sacrilège pour les uns, créativité géniale pour les autres. En effet, il recourt aux concepts de la mécanique quantique pour modéliser le caractère de « tout ou rien »de l’influx nerveux. Il devient le chef de file de la cybernétique de second ordre et plus généralement d’une élaboration critique sur les modes de pensée et de comportement, sans dissocier le physique et le psychisme. Les sciences ne sont pas corrélatives du réel et de la vérité ; elles sont des systèmes de croyances organisées et non représentatives du savoir.

Quel intérêt pour la thérapie familiale ?

A partir du collège invisible de Palo-Alto et des conférences Macy, les psychothérapeutes intègrent les références théoriques, qui valident leur pratique. Retenons :

- La famille est désormais abordée comme un système vivant, dont les membres sont en interaction (principe d’interdépendance), gouverné par un ensemble de règles communicationnelles dans un contexte aux effets multiples.
- La famille se situe à un niveau d’abstraction logique supérieur (complexité) et distinct de l’individu (réduction) ; autrement dit, la famille n’est pas réductible à la somme des descriptions des caractéristiques individuelles des membres, qui la composent.
- Les thérapeutes familiaux opèrent une rupture épistémologique radicale famille à un niveau logique d’abstraction supérieur (complexité croissante) à la logique de l’individu.
- Les comportements des uns et des autres s’influencent mutuellement, incluant les symptômes et les anomalies comportementales (apparition, sélection, répétition, amplification, neutralisation, évolution, modification, chronicisation ou disparition).

Il s’agit d’une révolution de pensée et d’action pour les thérapeutes et particulièrement en France : informations, circularité, homéostase ou changement, feed-backs sont les nouveaux centres d’intérêts au détriment des logiques linéaires, de l’appareil psychique, de l’inconscient.

Comprendre et soigner, c’est d’abord observer l’ensemble des interactions entre les personnes, leurs rôles et leurs fonctions et intégrer les « feed-back » tenant compte du contexte d’apparition ; on délaisse la pensée diagnostique (état statique) pour s’intéresser aux processus (étapes dynamiques). On interroge les mythes et les croyances, qui soutiennent leur organisation entre déséquilibre, crise, équilibre, chaos ou rigidité.

Schématiquement, la première cybernétique nous apprend à observer les effets sur les comportements d’ensemble d’un système en fonction des entrées et des sorties d’informations et d’énergies, selon les évènements vécus sans tenir compte du pourquoi. En modifiant ce qui « entre »dans le système, observons : qu’est ce qui change pour ce qui « sort » du système ?

C’est à ce propos que l’on utilise l’image de la boîte noire : on observe, on modélise et on renonce à expliquer, on constate ce qui change et ce qui ne change pas.

Un thérapeute familial formé à la première cybernétique ne pose pas la question « pourquoi çà change ? » mais interrogera plutôt « comment çà change ? (ou pas) » Il note les changements et l’ idée même d’expliquer lui est indifférente.

La seconde cybernétique propose un degré d’abstraction logique supérieur à la première cybernétique en décentrant l’observation d’un système (la famille) à l’observation… de l’observateur (le thérapeute) !
Opération plus complexe encore, si l’on intègre l’observateur comme élément lui-même d’un système d’observation ! Ce n’est plus le système familial qui nous intéresse, mais c’est le système élargi, incluant l’observateur et son organisation (l’institution) voire leur co-construction.

Les systèmes décrits sont alors des modèles dépendants des observateurs et construits par eux. Ne nous intéressons pas au système décrit, mais portons notre curiosité et nos investigations uniquement sur le système observateur : la famille en thérapie.

Ce passage de la première cybernétique à la seconde cybernétique en ce qui concerne la thérapie familiale, suppose un processus de supervision. En effet, cela suppose que le(s) thérapeute(s) familial(aux) se laissent observer par au moins un observateur. Nous développerons ce point ultérieurement et les différents contextes possibles.

Retour sur les thérapies familiales :

Dans le cadre de la première cybernétique, les descriptions d’une famille sont indépendantes des thérapeutes qui reçoivent la famille. Exemple caricatural, certes, mais pour illustrer notre propos sur l’observateur : le psychiatre, puis le psychologue, puis, l’éducateur, puis l’assistante sociale, puis le juge, dans des contextes institutionnels distincts et clairement délimités décrirons… la même famille !
C’est une famille… « théorique » !(Et fréquemment sans la rencontrer pour tout ou partie, fabriquant un monolithe relationnel en compilant des dossiers, des écrits, des notes de services ou relayant des informations non étayées, qui sont généralement une accumulation de « preuves » et de dysfonctionnements)

Exemple « Famille toxique, mère abusive fusionnelle et père absent impuissant au chômage d’où des enfants délinquants et en échecs scolaires ».
Une thérapie familiale est sollicitée par les services sociaux, judiciaires et consorts ; le psychothérapeute qui s’en tiendrait à la première cybernétique, accepte la description ci-dessus, comme un état.
Il reçoit la famille pour travailler à partir de cette définition et développe son art pour transformer cette famille « toxique » en une famille « harmonieuse » et que tout rentre dans l’ordre.
En difficulté au bout de quelques séances, il demande de l’aide à un thérapeute, formé à la cybernétique de second ordre, autrement dit une supervision.

Comment se comporterait-ce superviseur ?

Dans un premier temps il refuse d’observer les séances de thérapie. Il suggérera au thérapeute de questionner minutieusement le psychiatre, le psychologue, l’éducateur, l’assistante sociale. Il sera curieux de comprendre comment chaque acteur aura construit une telle image et avec une telle unanimité ! Comment communiquent-ces professionnels ? Comment travaillent-ils ensemble ? Et comment des professionnels aussi compétents peuvent expliquer leur impuissance à obtenir des changements, au point d’imaginer qu’une (au moins !) thérapie familiale obtiendrait de meilleurs résultats ? Etcetera, etcetera !

Ultérieurement, le superviseur observera le thérapeute familial en séance… Ce pose alors la question du dispositif : comment travailler avec les familles ? Quelles organisations possibles ? A suivre…

- Les thérapies Familiales (I)
- Les thérapies Familiales (II)
- Les thérapies Familiales (III)

François-Xavier Colle est psychologue, psychothérapeute individuel et familial, formateur et superviseur. Il est membre de l’EFTA, association européenne des thérapeutes familiaux crée par Mony Elkaim ; Président d’honneur de ACV (Aide aux Choix de Vie, structure d’insertion professionnelle pour les populations marginalisées, crée par Anne Bedouelle) ; membre actif de CDM (Couleurs Du Monde, parrainages à Madagascar et en Inde des familles démunies).
AFFECTS (Association de Formation France Europe Conseil en Thérapie Systémique) -

Articles

Co-incidences, reliance, associations d’idées, synchronicité, ...

Interrogeons-nous sur le concept de synchronicité, ou de co-incidence, c’est-à-dire deux événements que nous, êtres humains verrions comme reliés. (...)

"165 millions d’Européens affectés par des troubles mentaux"

J’ai lu deux articles passionnants cette semaine. Le premier concerne cette étude récente selon laquelle près de 40% des européens souffriraient (...)

A propos de la PNL

Il était une fois au début des années 70, un homme qui s’appelait Richard rencontra un autre homme qui s’appelait John. De cette rencontre naquit le (...)

A propos des psychothérapies

Si, jusque dans les années soixante, l’offre était dominée par la psychanalyse, elle s’est atomisée en une myriade d’approches correspondant à des (...)

A propos du développement personnel

Quelle est la ligne de démarcation entre psychothérapies et développement personnel ? Que peut-on attendre, et ne pas attendre de démarches qui (...)

à propos du livre « Cherche désespérément l’homme de ma vie »

Réel : Pourquoi les femmes se trompent-elles autant en amour ? Sylvie Tenenbaum : Elles ont une certaine idée de l’amour et une certaine idée (...)

A propos du mieux-être et de la variété des approches

Le terme mieux-être est utilisé à toutes les sauces. On en parle beaucoup en disant ce qui s’y fait, rarement en définissant ce que c’est. (...)

Abandon et sentiment d’abandon

De Moïse au Petit Poucet en passant par Blanche Neige et Œdipe, il n’y a pas deux histoires d’abandon qui se ressemblent, et si l’on ne peut parler « (...)

Accompagner le processus du deuil en utilisant les techniques corporelles et la relaxation

Le deuil fragilise à tous les niveaux. Il désorganise la personne dans son ensemble : dans son corps, dans ses émotions, dans son identité (...)

Agression contre le corps, crime contre l’esprit.

Quel débat pour quelle justice ? D’une part, un procureur et ses adjoints, soutenus par une opinion publique américaine largement hostile à (...)

Les thérapies Familiales (I) -

Articles

Co-incidences, reliance, associations d’idées, synchronicité, ...

Interrogeons-nous sur le concept de synchronicité, ou de co-incidence, c’est-à-dire deux événements que nous, êtres humains verrions comme reliés. (...)

"165 millions d’Européens affectés par des troubles mentaux"

J’ai lu deux articles passionnants cette semaine. Le premier concerne cette étude récente selon laquelle près de 40% des européens souffriraient (...)

A propos de la PNL

Il était une fois au début des années 70, un homme qui s’appelait Richard rencontra un autre homme qui s’appelait John. De cette rencontre naquit le (...)

A propos des psychothérapies

Si, jusque dans les années soixante, l’offre était dominée par la psychanalyse, elle s’est atomisée en une myriade d’approches correspondant à des (...)

A propos du développement personnel

Quelle est la ligne de démarcation entre psychothérapies et développement personnel ? Que peut-on attendre, et ne pas attendre de démarches qui (...)

à propos du livre « Cherche désespérément l’homme de ma vie »

Réel : Pourquoi les femmes se trompent-elles autant en amour ? Sylvie Tenenbaum : Elles ont une certaine idée de l’amour et une certaine idée (...)

A propos du mieux-être et de la variété des approches

Le terme mieux-être est utilisé à toutes les sauces. On en parle beaucoup en disant ce qui s’y fait, rarement en définissant ce que c’est. (...)

Abandon et sentiment d’abandon

De Moïse au Petit Poucet en passant par Blanche Neige et Œdipe, il n’y a pas deux histoires d’abandon qui se ressemblent, et si l’on ne peut parler « (...)

Accompagner le processus du deuil en utilisant les techniques corporelles et la relaxation

Le deuil fragilise à tous les niveaux. Il désorganise la personne dans son ensemble : dans son corps, dans ses émotions, dans son identité (...)

Agression contre le corps, crime contre l’esprit.

Quel débat pour quelle justice ? D’une part, un procureur et ses adjoints, soutenus par une opinion publique américaine largement hostile à (...)

Les thérapies Familiales (II) -

Articles

Co-incidences, reliance, associations d’idées, synchronicité, ...

Interrogeons-nous sur le concept de synchronicité, ou de co-incidence, c’est-à-dire deux événements que nous, êtres humains verrions comme reliés. (...)

"165 millions d’Européens affectés par des troubles mentaux"

J’ai lu deux articles passionnants cette semaine. Le premier concerne cette étude récente selon laquelle près de 40% des européens souffriraient (...)

A propos de la PNL

Il était une fois au début des années 70, un homme qui s’appelait Richard rencontra un autre homme qui s’appelait John. De cette rencontre naquit le (...)

A propos des psychothérapies

Si, jusque dans les années soixante, l’offre était dominée par la psychanalyse, elle s’est atomisée en une myriade d’approches correspondant à des (...)

A propos du développement personnel

Quelle est la ligne de démarcation entre psychothérapies et développement personnel ? Que peut-on attendre, et ne pas attendre de démarches qui (...)

à propos du livre « Cherche désespérément l’homme de ma vie »

Réel : Pourquoi les femmes se trompent-elles autant en amour ? Sylvie Tenenbaum : Elles ont une certaine idée de l’amour et une certaine idée (...)

A propos du mieux-être et de la variété des approches

Le terme mieux-être est utilisé à toutes les sauces. On en parle beaucoup en disant ce qui s’y fait, rarement en définissant ce que c’est. (...)

Abandon et sentiment d’abandon

De Moïse au Petit Poucet en passant par Blanche Neige et Œdipe, il n’y a pas deux histoires d’abandon qui se ressemblent, et si l’on ne peut parler « (...)

Accompagner le processus du deuil en utilisant les techniques corporelles et la relaxation

Le deuil fragilise à tous les niveaux. Il désorganise la personne dans son ensemble : dans son corps, dans ses émotions, dans son identité (...)

Agression contre le corps, crime contre l’esprit.

Quel débat pour quelle justice ? D’une part, un procureur et ses adjoints, soutenus par une opinion publique américaine largement hostile à (...)

Les thérapies Familiales (III) - Les conférences de Macy -

Articles

Co-incidences, reliance, associations d’idées, synchronicité, ...

Interrogeons-nous sur le concept de synchronicité, ou de co-incidence, c’est-à-dire deux événements que nous, êtres humains verrions comme reliés. (...)

"165 millions d’Européens affectés par des troubles mentaux"

J’ai lu deux articles passionnants cette semaine. Le premier concerne cette étude récente selon laquelle près de 40% des européens souffriraient (...)

A propos de la PNL

Il était une fois au début des années 70, un homme qui s’appelait Richard rencontra un autre homme qui s’appelait John. De cette rencontre naquit le (...)

A propos des psychothérapies

Si, jusque dans les années soixante, l’offre était dominée par la psychanalyse, elle s’est atomisée en une myriade d’approches correspondant à des (...)

A propos du développement personnel

Quelle est la ligne de démarcation entre psychothérapies et développement personnel ? Que peut-on attendre, et ne pas attendre de démarches qui (...)

à propos du livre « Cherche désespérément l’homme de ma vie »

Réel : Pourquoi les femmes se trompent-elles autant en amour ? Sylvie Tenenbaum : Elles ont une certaine idée de l’amour et une certaine idée (...)

A propos du mieux-être et de la variété des approches

Le terme mieux-être est utilisé à toutes les sauces. On en parle beaucoup en disant ce qui s’y fait, rarement en définissant ce que c’est. (...)

Abandon et sentiment d’abandon

De Moïse au Petit Poucet en passant par Blanche Neige et Œdipe, il n’y a pas deux histoires d’abandon qui se ressemblent, et si l’on ne peut parler « (...)

Accompagner le processus du deuil en utilisant les techniques corporelles et la relaxation

Le deuil fragilise à tous les niveaux. Il désorganise la personne dans son ensemble : dans son corps, dans ses émotions, dans son identité (...)

Agression contre le corps, crime contre l’esprit.

Quel débat pour quelle justice ? D’une part, un procureur et ses adjoints, soutenus par une opinion publique américaine largement hostile à (...)

Messages

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.