L’Approche Neurocognitive et Comportementale (ANC)

Par Jean-Michel Delperdange, médecin, diplômé de l’Institut de Médecine Environnementale de Paris, expert ANC. -

L’Approche Neurocognitive et Comportementale fait, comme son nom l’indique, le lien entre les TCC (Thérapies Cognitives et Comportementales) et les neurosciences. Se basant sur les différentes approches de psychologie analysées sous le regard des connaissances actuelles en neurosciences, Jacques Fradin et son équipe de chercheurs de l’Institut de Médecine Environnementale de Paris ont élaboré l’ Approche Neurocognitive et Comportementale.

La principale avancée de l´Approche Neurocognitive et Comportemental (ANC) réside dans la primauté du « contenant » (la structure cérébrale mobilisée), sur le « contenu » (la situation, les faits). La démarche de l´ANC consiste donc à identifier le mécanisme cérébral à l´origine d´un dysfonctionnement et à appliquer des exercices adéquats de manière systématique et personnalisée, indépendamment du contexte. Une véritable révolution !

Face à un problème donné, nous analyserons d’abord, quelle structure cérébrale est en jeu, et de là, des outils de résolutions spécifiques peuvent être mis en place.

Exemple :

Une personne ne peut prendre la parole en public :

- Cela peut être lié à des pensées automatiques gênantes (liées a une mauvaise expérience ou à son éducation) créant du stress.

- Cela peut être lié à un blocage comportemental plus profond (tabou).

- Cela peut être lié au fait que la prise de parole compense autre chose de bloqué et deviens donc doublement anxiogène.

- Cela peut être lié à une croyance irrationnelle qu’elle n’en a pas le droit par essence.
En fonction de la structure cérébrale en jeu, la manière d’aider cette personne sera radicalement différente.

Comprendre cela, diagnostiquer le contenant en jeu, permet de s’attaquer aux causes (le feu) et non pas aux effets (la fumée).

L’ANC, se basant sur les neurosciences considère que nous avons en nous quatre grands centres décisionnels, chacun ayant en fonction de son origine biologique et de sa structure neuronale sa manière propre de penser et de se comporter.

En partant des plus anciens vers les plus nouveaux (phylogénitiquement) :
- Le territoire Reptilien (hypothalamus) où se situe les zones du stress : Fuite, Lutte ou Inhibition, qui nous fait nous comporter d’une certaine manière lorsqu’il nous gouverne. (ex : nous avons déjà tous fait des choses sous l’impulsion de la colère, que nous n’aurions peut être pas faites autrement)

- Le territoire Paléolimbique (amygdale limbique) dit grégaire car il régit les comportements liés à notre place au sein du groupe. C’est lui qui peut expliquer des comportements de dominance, de soumission, d’intégration ou d’exclusion sans explication ‘raisonnablement’ compréhensible. Ce territoire, lorsqu’il est aux commandes, nous font faire des choses que nos valeurs, notre éducation (autres territoires) désapprouverait.

- Les territoires Néolimbiques (hyppocampe, gyrus cingulaire, thalamus), où siège la mémoire, seront de ce fait les centres de nos automatismes, conditionnements, croyances, certitudes, tabous, valeurs, intolérances,…issus de notre éducation au sens large (expérience, parents, enseignants, société, culture,…). Ce sera le siège de notre personnalité profonde, source de motivation inconditionnelle et de nos personnalités plus secondaires, sources d’intolérances et de réactivités.

- Et enfin, territoire dernier né de l’évolution, qui fait de l’Homme un Humain, siège de notre Humanité : le territoire Préfrontal (néocortex préfrontal) ou Adaptatif, car c’est lui qui nous permet de rester adapter dans notre environnement en perpétuel changement. C’est lui qui nous permet d’être curieux, adaptable, nuancé face à des situations nouvelles, voire menaçantes, c’est lui qui nous permet de prendre du recul par rapport a ce que nous vivons, qui nous permet la réflexion logique et qui ose son opinion indépendamment du regard social.

C’est qui nous permet de gérer notre stress et nos émotions.
C’est lui aussi qui nous permet de voir la vie ou les situations où nous nous trouvons, comme elles sont, (ce qui est souvent assez utile pour s’en sortir) et non comme on aimerait qu’elles soient (illusions).
C’est lui aussi qui est actif chez les moines en pleine méditation, chez les chercheurs écoutant leurs intuitions, chez les artistes en pleine création,…

Dans l’ANC, nous nous poserons toujours la question, face à une difficulté, face à un stress, face à une émotion désagréable : Qui est aux commandes ? Qui gouverne dans notre tête ? Qui nous faire dire ceci ou penser cela ?
Pour ensuite, éventuellement, proposer des moyens de changement de gouvernance.

Augmenter la conscience, permettre la prise de conscience des forces qui nous gouvernent pour ne plus les subir mais se donner les moyens d’agir dessus, tel est l’ambition de l’ANC.

Comme le disait Yongey Mingyour Rinpoché :
« Au final, le bonheur revient à choisir entre l’inconfort de prendre conscience de nos souffrances mentales et l’inconfort d’être gouverné par elles »

source
(source : Institut de Médecine Environnementale)

- Jean-Michel Delperdange

Jean-Michel Delperdange, s’est formé auprès de Jacques Fradin à l’Institut de Médecine Environnementale de Paris, avant de créer Prefrontality, pour diffuser cette matière au plus grand nombre.

« Après mes études de médecine, j’ai réalisé mon rêve de toujours, travailler avec Médecins Sans Frontières en Afrique. Ensuite j’ai travaillé à Bruxelles chez SOS Médecins. Ces années à parcourir le monde, rencontrer et soigner de gens très différents, m’ont fait réaliser que le bonheur des gens ne dépendait pas de ce qu’ils possédaient, ni d’où ils habitaient, ni même de leur santé, mais dépendait surtout de ce qu’il se passait dans leur tête. Anxiété, Dépression, Tristesse, Sérénité, Joie ou Bonheur dépendent surtout de notre état d’esprit. C’est cela qui m’a donné l’envie d’orienter mon métier vers le bien-être intérieur.

L’Institut de Médecine Environnementale de Paris m’a permis d’acquérir des outils pratiques et concrets, grâce à l’ ANC, pour aller dans ce sens… se connaître, aider à plus de sérénité pour l’autre et en même temps pour moi-même.
Je pense désormais que les nouveaux aventuriers sont les aventuriers de l’intérieur.


Pour aller plus loin :
-  Prefrontality organise régulièrement des ateliers et des stages de développement personnel basés sur l’Approche Neurocognitive et Comportementale. (www.prefrontality.be)

-  L’intelligence du stress, J. Fradin, Ed. Eyrolles, 2008
Le stress a de lourdes conséquences sur la santé mentale et physique des individus mais aussi sur leurs performances, même si certains parlent de « bon stress ». Les thérapies cognitives ont également démontré, depuis plus de 40 ans, que le stress est le plus souvent (à 90%) induit par l’irrationalité et la rigidité de nos propres pensées. 

Mais par quel mécanisme ?
Des recherches scientifiques récentes (neurosciences, imagerie cérébrale…) indiquent que le stress est un signal d’alarme lancé par le cortex préfrontal, sommet de l’intelligence humaine, lorsque nous persévérons dans un comportement inadapté ou incohérent.


Jacques Fradin est docteur en Médecine, Comportementaliste et Cognitiviste (AFTCC). Il fonde en 1987 l´Institut de Médecine Environnementale (Paris). Il y anime une équipe de recherche en neurosciences cognitives, en partenariat avec Paris 8 et l´IMASSA

- Le site de l’Institut de Médecine Environnementale : www.Ime.fr

TAGS Neurosciences - TAGS Approche Neurocognitive et Comportementale (ANC) -
Auteur : Delperdange Jean-Michel -

Articles

Aïkido

Lorsque Morihei Ueshiba (1881-1969) atteignit un niveau d’excellence dans les arts martiaux qu’il étudiait, il se demanda si la poursuite de la (...)

Analyse Bioénergétique (Bioénergie)

La bioénergie est le terme couramment utilisé pour désigner une forme de psychothérapie originale qui combine travail corporel à une approche verbale (...)

Analyse et réinformation cellulaire

L’Analyse et Réinformation Cellulaire réalise une synthèse d’approches de l’Etre Humain habituellement enseignées et pratiquées séparément, mais gagnant (...)

Analyse jungienne des rêves

A ses patients qui se débattaient parfois dans des problèmes d’apparence insolubles, Jung avait coutume de poser une simple question : "Et que (...)

Analyse Transactionnelle

L’Analyse Transactionnelle a été créée dans les années 50 par le neuropsychiatre Eric Berne (1910-1970) et introduite en Europe dans les années 70. (...)

Antenne de Lecher

A partir des "Fils de Lecher", Reinard SCHNEIDER a créé une antenne. Cette antenne est constituée de deux fils fermés en boucle à une extrémité et (...)

Anti-gymnastique ®

Créée à Paris dans les années 70, par Thérèse Bertherat, kinésithérapeute, l’anti-gymnastique s’inspire, à la base, des connaissances de la (...)

Approche de l’Alignement

UNE APPROCHE HOLISTIQUE L’Approche de l’Alignement prend en compte l’être humain et son fonctionnement dans toutes ses dimensions : (...)

Approche systémique et thérapie familiale

Le courant de thérapie familiale qui en émerge va intégrer les apports de la pragmatique de la communication, de la théorie des systèmes, de (...)

Aromathérapie

Déjà les peuplades Arborigènes sur le continent Australien utilisaient les feuilles de Melaleuca alternifolia, dont l’huile essentielle est très (...)