Nos voeux pour 2010

Par l’équipe de Mieux-Etre.org

Le texte ci-dessous est extrait d’une pièce de Pietro Pizzuti ("Le silence des mères"). Il nous touche particulièrement et c’est pourquoi nous souhaitons le partager avec vous.
Un texte de circonstance qui résume bien ce qui nous semble être la meilleure voie pour que le monde s’améliore...
"Mieux-être pour un monde mieux".
Nous vous souhaitons une année 2010 riche de rencontres et de beauté.
L’équipe de Mieux-Etre.org

(...) Ça prendra le temps. Mais nous pourrions commencer à redresser la barre.
Il faudrait commencer par ce qui est près de nous.
Tout ce qui nous est proche, pour arriver au plus lointain.
Commencer par soigner nos petites vies estropiées…
à deux pas de nous.
Là où nous sommes.

Commencer chacun pour soi et puis deux par deux. Toi et moi. Moi et Christophe. Christophe et toi. Toi et Jérôme. Jérôme et moi. Moi et Nicolas. Nicolas et toi. Jérôme et Christophe. Christophe et Nicolas. Nicolas et Jérôme.
Se soigner l’un l’autre, tout doucement, sans douleur. Commencer par nous écouter. Apprendre qui nous sommes, seuls ou ensemble.
Accepter d’être différents et faibles et incompréhensibles, quand nous voudrions des intentions claires, des sentiments réciproques.

Faire l’apprentissage de l’autre par lui et non par nous-mêmes.
Se rendre présents à celui que nous rencontrons qui nous est étranger.
Se demander pour quoi faire nous sommes si proches. Et qui sert à qui et qui fait quoi et où on va et comment. Ensemble ou chacun pour soi.
Se demander s’il serait possible de faire ce que nous faisons autrement.
D’être ce que nous sommes encore mieux quand nous sommes ensemble.
Essayer d’être meilleurs à deux. Tout doucement.
Peut-être petit à petit nous pourrions élargir le cercle… trois par trois.
Toi, Agathe et moi. Toi, moi et Agathe,…

Autrement à quoi bon que l’on soit autant.
Et pour quoi faire être plus nombreux à chaque seconde et demie qui passe.
À quoi bon être tout ce monde sinon pour aller un peu mieux et devenir un peu meilleurs.
Il faudrait que je fasse autre chose que de le penser.
Il faudrait commencer à redresser la barre… commencer à s’écouter. (...)

(Extrait de la pièce et du livre : "Le Silence des mères" de Pietro Pizzuti. Texte publié aux Editions Lansman )

Le Silence des mères - Pietro Pizzuti

Cette très belle radiographie d’une relation mère-fille nous entraîne dans une réflexion sur la famille et la transmission : ce qu’il aurait fallu faire et ce qui a été fait.
Des rapports humains d’une intensité énorme, des émotions à fleur de peau, une écriture épurée : un texte bouleversant joué par trois grandes actrices. Avec la merveilleuse voix de Farida qui apaise les cœurs.

Une coproduction du Théâtre de la Place des Martyrs et de la Compagnie Biloxi 48.
- Plus d’infos sur :http://www.biloxi48.be

- Réagir à cet article dans nos forums