Naturopathie

LA NATUROPATHIE est la synthèse des méthodes naturelles de santé au service de la qualité de vie, de la forme et de l’environnement. Ni médecins, ni guérisseurs, ses praticiens font office "d’ éducateurs de santé", hygiénistes soucieux d’enseigner les clés de l’authentique prévention et des cures pouvant optimiser l’auto guérison.

Cette hygiène vitale, développée aux États Unis depuis plus d’un siècle, et en France depuis 1935, n’est pas enseignée dans les Facultés de médecine classique.

LA VISITE CHEZ LE NATUROPATHE

Elle offre un bilan vital (et jamais un diagnostic) effectué à l’aide de la morphologie (typologie, morphopsychologie, caractérologie…), de l’iridologie (étude de la partie colorée de l’œil), voire de la pulsologie (prise des pouls énergétiques chinois) ou de bilans de terrain (bioélectronique, cristallisations sensibles,…).

Ce bilan détermine la constitution, le tempérament et la vitalité du consultant. Il débouche sur un important dialogue pédagogique qui le responsabilise et lui propose une ré harmonisation de son quotidien (réglage nutritionnel, cures saisonnières, exercices physiques, relaxation, respiration, contacts avec la nature, surveillance des éliminations,…).

Ce programme d’hygiène vitale n’a rien de commun avec une ordonnance : Le praticien de santé naturopathe ne prescrit en effet aucun remède antisymptomatique, même naturel, ni aucun traitement de maladie. Ce n’est ni son droit, en France, ni son objectif.

DES QUESTIONS ESSENTIELLES…

- Comment gérer son capital santé sur un mode plus autonome et responsable ?
- Comment développer les clés d’une prévention vraiment efficace et " douce"  ?
- Comment pratiquer un bilan de vitalité non médical ?
- Comment optimiser sa forme physique, psychique ou sexuelle ? Ses immunités ? Sa récupération ?
- Comment prendre soin se soi dans toutes les dimensions de l’être ?
- Comment concilier santé de l’individu et santé de la planète ?
- Comment épanouir au mieux le potentiel humain de l’enfance au 4ème âge ?

A ces questions, le praticien répond et conseille.

LES CONSEILS NATUROPATHIQUES

Ils s’inscrivent donc dans le cadre d’une prévention primaire active, indissociable, d’une réconciliation avec les lois du bon sens et avec les éléments naturels : aliment, eau, air, ensoleillement raisonnable, alternances travail / repos, gestion du stress, etc.

La qualité de vie en est le premier bénéfice, associée à l’optimisation de toutes les ressources humaines : biologiques (immunités, vitalité…) ou psychologiques (créativité, développement personnel, hygiène relationnelle,…) par exemple.

LA PHILOSOPHIE VITALISTE

Chère aux antiques traditions (Hippocrate, esséniens, médecine chinoise, ayur-védique…) elle traite d’une " énergie vitale" intrinsèque dont il faut prendre grand soin (Ki ou Prâna des médecins d’orient par exemple).

En partie génétique (constitution), elle s’épuise peu à peu avec l’âge et les nombreux dévitalisants (vie nocturne, tabac, alcool, abus de médicaments, pollutions chimiques, électromagnétiques, stress, surmenage, etc.).

Les cures de revitalisation concourent à la recharge en puisant aux sources vives de l’aliment (cru et germé par exemple), de la respiration et de l’exercice physique, de la relaxation (qualité du sommeil, sophrologie,…), ou de mille et une autres clés vitalogènes (huiles essentielles, couleurs, magnétisme, etc.). C’est essentiellement cette " force vitale" qui préside aux précieux processus de l’auto guérison (homéostasie) qu’accompagnera le naturopathe dans la plupart des troubles aigus mineurs ou chroniques (allergies, spasmophilie, troubles du transit, du sommeil, rhumatismes, etc.).

L’HUMORISME

Est l’étude des " humeurs" circulantes et cellulaires de l’organisme (sang, lymphe…). Le naturopathe considère très important de maintenir au mieux l’intégrité de ces liquides biologiques nourriciers composant 2/3 du corps humain : le moins de surcharges possibles donc (toxines et toxiques divers) et le moins de carences possibles (acides aminés, vitamines, oligo-éléments, etc.).

Ce sont les cures de désintoxication, de revitalisation ou les cures antiradicalaires qui correspondent alors notamment à ces objectifs.

LEGISLATION FRANCAISE

Face à la loi, le naturopathe exerçant correctement son art n’est pas inquiété.

Si la loi n’autorise en effet la pratique de la médecine qu’aux détenteurs d’un doctorat d’état (en médecine), et si l’article L372 du code de la santé publique définit clairement comme actes réservés aux médecins le diagnostic et le traitement des maladies réelles ou supposées, par un quelconque moyen, le naturopathe n’a nullement recours à ces pratiques, comme le précisent notre Charte et notre Code de déontologie.

Situé dans un " vide juridique" , la profession est donc libre tant qu’elle n’enfreint pas la loi.

Les praticiens cotisent régulièrement aux différentes caisses sociales et sont assujettis à la T.V.A. (19.6%). Ils possèdent leurs assurances professionnelles spécifiques. Ils apparaissent dans l’annuaire téléphonique et dans les dictionnaires. L’INSEE les répertorie dans la classe des " pratiques non médicales" ou " non encore répertoriées" . Enfin, le Bureau International du Travail (ONU) a enregistré leur profession.

LES 5 RÔLES DU NATUROPATHE

- L’ÉDUCATION SANITAIRE. Elle doit s’opérer principalement via les médias spécialisés ou non (presse, conférences, séminaires, salons, congrès) et au plan de l’individu (consultations). L’information est aussi proposée dans les écoles, lycées et les entreprises. Cette " pédagogie de santé populaire" tend à rendre la personne plus consciente et plus libre, responsable et autonome dans sa vie propre comme dans sa dimension de citoyen (écologie, épanouissement socioculturel).

- LA PRÉVENTION. Il s’agit essentiellement de prévenir activement les maladies par une hygiène de vie optimum. Les pouvoirs publics peuvent trouver ici une authentique et rapide solution au drame de la Sécurité Sociale, car un corps de professionnels de l’" écologie de la santé préventive et de la qualité de vie" existe en France. Ses actions se situent bien en amont de la maladie, solutionnant de nombreux troubles, dits " de civilisation" , dont les traitements coûteux, en aval, ruinent chaque année un peu plus les caisses de l’ État !

- LE RESPECT ET LA STIMULATION DE L’AUTOGUERISON (par une simple réforme individualisée des habitudes de vie et la mise en œuvre de cures naturopathiques) chaque fois que la force vitale s’avère suffisante. C’est l’art de révéler et d’accompagner le " Médecin intérieur" cher à Hippocrate, et ses prodigieux pouvoirs de régénération…

-  LA COMPLÉMENTARITÉ D’ACTION avec les corporations médicales (diagnostic toujours posé par un médecin, respect des traitements médicaux en cours, connaissance de la sémiologie d’exclusion faisant renvoyer au corps allopathique tous les cas graves ou suspects) est essentielle. Donc humilité, conscience des limites et des compétences au service de la vie et de la santé authentique appartiennent à la rigueur de la déontologie du praticien de santé naturopathe.

- L’ACCOMPAGNEMENT DE LA CROISSANCE de chacun. Soucieux des richesses créatrices, affectives, intellectuelles ou spirituelles latentes, le praticien accompagne au mieux les prises de conscience personnelles et transpersonnelles, le développement du potentiel de chacun. Ses objectifs de qualité de vie et d’harmonie participent ainsi à la construction d’une société faite d’individus " bien dans leur corps, bien dans leur assiette, et bien dans leur cœur et leur tête" (naturopathie " holistique" ). Un " devoir de cohérence" fait aussi que le naturopathe s’applique personnellement à vivre et pratiquer au mieux ce qu’il enseigne.

L’origine essénienne du mot Thérapeute correspond à " bon compagnon sur le chemin de la santé" ou bien, pour d’autres traducteurs, " celui qui prend soin de l’’Etre" .

Très éloigné donc d’une conception médicale de " soignant" ou d’interventionniste, le praticien de santé naturopathe se réclame de cet idéal humaniste : participer à la croissance globale de l’être au service du bien être de tous.

LES DÉBOUCHES PROFESSIONNELS

Ils sont très nombreux :

Cadre libéral, seul ou en cabinet de groupe ; cadre associatif ou cadre de l’entreprise ; complémentarité avec une autre activité telle que boutique d’alimentation saine, herboristerie, centre de remise en forme, centre de thalassothérapie ou de thermalisme, salle de sport, de yoga, de gymnastiques douces, d’esthétique… ; collaboration avec acupuncteurs, ostéopathes, fascia thérapeutes, psychothérapeutes, dentistes énergéticiens, sages-femmes, sophrologues, kinésiologues, etc.

Tous les sondages d’opinion, la multiplication des salons spécialisés, celle des circuits de distribution de produits biologiques et d’alimentation saine ou de compléments alimentaires, de même que la pleine croissance de la presse à orientation " douce" , confirment le franc développement des professions soucieuses de la qualité de vie et de la santé naturelle.

Or, ces " valeurs porteuses" dépassent de très loin les intérêts des médias ou des modes.

Elles témoignent d’une urgence sociale et planétaire, d’une nécessité vitale des individus et des consciences.

Respectueuse des grandes lois biologiques, la naturopathie s’inscrit avec enthousiasme au cœur même de la relation d’aide et de service.

Elle propose aux souffrances et interrogations humaines et planétaires ses réponses sereines et positives.

Daniel Kieffer,
Président de la FENAHMAN