Psychothérapie psychanalytique à médiations

École belge de psychothérapie analytique à médiation corporelle

La psychothérapie psychanalytique à médiations est le résultat d’une longue évolution et de recherches pour intégrer la richesse des concepts analytiques avec d’autres approches faisant appel à diverses médiations.

Elle trouve son origine dans les travaux de Freud, Ferenczi et Reich, s’est ensuite étoffée grâce aux théories analytiques anglo-saxonnes (Bion, Klein, Winnicott) et d’autres approches (dessin, modelage, mouvement, toucher, ...).

L’objectif de la psychothérapie psychanalytique à médiations est d’aider la personne à mieux comprendre et à surmonter les difficultés de sa vie par la découverte et l’intégration des forces inconscientes qui la gouvernent.

C’est une approche psychothérapeutique qui inclut dans le travail analytique (analyse du transfert et du contre-transfert) la possibilité d’utiliser des médiations si nécessaire.
Ce travail est individualisé, particulier à chaque client, en fonction de sa problématique de base et de ce qu’il amène en thérapie.
I1 est toujours relié à la relation, au transfert et à la recherche du sens symbolique inconscient des actes et fantasmes de la personne.

ASPECTS SPECIFIQUES

LE DIAGNOSTIC INITIAL :

Une hypothèse diagnostique est posée à partir d’une approche multidimensionnelle de l’individu : son histoire, sa structure corporelle, sa façon d’être en relation avec lui-même et avec le thérapeute, sa façon de vivre son corps, sa sexualité, sa vie émotionnelle, sa capacité à développer une vie imaginaire et son accès au symbolique.
Ce diagnostic vise à cerner la problématique centrale du client. Il permet de proposer un cadre thérapeutique adéquat, adapté à celle-ci. Il sert à définir certaines hypothèses de travail et à mettre en place l’alliance de travail.
Ce diagnostic, ainsi que les hypothèses y afférant, est réévalué tout au long de la thérapie.

LE CADRE THERAPEUTIQUE :

Le cadre est un élément essentiel de toute thérapie analytique. Il structure la thérapie et rend l’analyse possible.
Il définit le contrat qui lie le thérapeute et le client, dicte les règles de la thérapie, délimite les passages à l’acte. Il est décidé par le thérapeute.
En psychothérapie psychanalytique à médiations, certains éléments du cadre sont immuables (régularité des séances, secret professionnel, non-passage à l’acte sexuel,…), d’autres sont adaptables en fonction de la problématique du patient (rythme des séances, utilisation de médiations autres que la parole, ...).

LE PROCESSUS THERAPEUTIQUE :

La psychothérapie psychanalytique à médiations est habituellement un travail psychothérapeutique en profondeur et donc de longue durée. La relation thérapeutique y est perçue comme un espace transitionnel. Lors de ce processus, le client passe régulièrement d’expériences régressives à des moments structurants et évolutifs, d’une relation symbiotique à une relation différenciée, de vécus émotionnels à une intégration par la parole, de la recherche d’une identité à l’expression de son ego, de son histoire passée à sa vie actuelle et en devenir, de comportements prégénitaux à des comportements génitaux.
Ce qui est au centre du travail, c’est l’inconscient.
Ce travail thérapeutique peut être utilisé aussi en groupe, dans des situations de crise, ou dans du travail de soutien.

RELATION ET TRANSFERT :

La thérapie est toujours une relation entre deux personnes : le client et le thérapeute. Dans cette relation va apparaître le transfert, élément central du travail thérapeutique.
Le rôle du thérapeute est de favoriser l’émergence du transfert, de l’activer, de le décrypter, de l’interpréter, de le faire évoluer jusqu’à sa résolution.
La psychothérapie psychanalytique à médiations dispose de techniques psycho-corporelles qui permettent d’activer le transfert, de le rendre plus manifeste. Ces techniques vont aussi faciliter l’apparition et le travail du transfert négatif qui est un passage obligé de la thérapie.
Dans la thérapie psychanalytique à médiations, le thérapeute est aussi présent dans la thérapie à un niveau relationnel.
En effet, certains clients (notamment ceux qui développent dans leur existence une relation d’objet partiel) ont besoin de rencontrer la personne réelle du thérapeute pour pouvoir évoluer, de se trouver face à un thérapeute humain et présent.

LE CONTRE-TRANSFERT :

En psychothérapie psychanalytique à médiations, le thérapeute est attentif à analyser son propre contre-transfert à tout moment de la thérapie : celui-ci se manifeste sous la forme de sensations corporelles, d’émotions, de fantasmes, d’associations,…
Il peut l’utiliser pour mieux comprendre ce qui est en jeu dans la thérapie. Il va analyser quand le partager avec le client, ce qu’il va lui communiquer ou utiliser pour une mise en acte éventuelle.

LES MÉDIATIONS :

On entend par médiations, l’ensemble des interventions non-verbales que le thérapeute est amené à faire avec son client : le toucher corporel, le contact visuel, la prise de conscience corporelle, le travail respiratoire, la mise en acte de situations, l’utilisation du dessin, du modelage, de la voix, ...
Le travail corporel s’adresse et touche à la fois le corps réel, le corps imaginaire et le corps symbolique. Il éveille les sensations qui, perçues et décodées, sont reliées à des affects, des images et enfin des mots.
Le thérapeute porte au corps une attention toujours présente. Il écoute l’inconscient qui parle dans et par le corps. Là où le matériel verbal fait défaut ou est dépourvu d’affect, les médiations permettront une mise en actes qui favorisera l’association spontanée et l’émergence d’images.
Ce travail sur base de médiations est au service du travail transférentiel. Il est lié à la recherche du sens. Il n’est pas un but en soi et n’est donc pas systématique.

LE TRAVAIL ÉMOTIONNEL :

Le remaniement de l’inconscient passe nécessairement par un vécu émotionnel. Mais celui-ci doit être symbolisé et ramené au transfert.
Le vécu émotionnel est amené par le transfert. Dans certaines situations, il est nécessaire de le favoriser par des mises en actes. À travers ce vécu émotionnel, les souvenirs resurgissent, l’inconscient se dévoile.
Pour que les comportements se modifient, il faut aussi une élaboration transférentielle.
Au cours du processus thérapeutique, le client apprend à ressentir ses émotions, à les exprimer, à les contenir, à les réguler.

INDICATIONS :

La psychothérapie psychanalytique à médiations s’adresse aux personnes qui veulent résoudre les difficultés de leur vie affective, relationnelle, sexuelle à travers un travail sur leur inconscient.
Elle s’adresse aux personnes qui ont des troubles névrotiques, psychosomatiques, borderlines et psychotiques.
Elle s’adresse aussi bien aux personnes qui vivent des problèmes d’identité, de manque de structuration, des difficultés à imaginer et à symboliser, qu’aux personnes plus génitalisées.
Mais le travail sera différent selon le niveau de structuration du client.

RÉFÉRENCES D’AUTEURS :

Par ordre alphabétique
Bion, Dolto, Ferenczi, Ferro, Freud, Greenson, Kernberg, Khan, Klein, Kohut, Lacan, Lowen, Mahler, Reich, Roussillon, Sami-Ali, Stern, Winnicott, etc.