Psychanalyse

Ici, les choses deviennent un peu plus compliquées car elles n’échappent pas
aux rumeurs et aux on-dits. En effet, tout le monde a une ou plusieurs
images de la cure psychanalytique : le psychanalyste silencieux dans son
fauteuil, la découverte libératrice et jubilatoire d’un trauma, la longueur,
le prix,... Tentons d’aller au-delà des fantasmes que chacun nourrit et
essayons de dire ce qu’elle est, comment elle se déroule et ce qu’on y
cherche et ce qu’on peut en attendre.

En général, si quelqu’un s’engage dans une psychanalyse, c’est parce que son
mal de vivre est devenu tellement insupportable qu’il ne peut plus le
tolérer. Il va d’échec en déception dans sa vie amoureuse, il erre d’un(e)
partenaire à l’autre. Sa vie sexuelle est insatisfaisante (On sait combien
les hommes vivent dramatiquement l’impuissance sexuelle.), il vit mal
certaines à-côtés de son homosexualité, ses relations sociales dérivent vers la solitude ou se clôturent par le conflit, sa vie professionnelles est décevante, il a une conduite d’échec, il ne parvient pas à poser des choix,... Il présente des troubles obsessionnels compulsifs (les fameux TOC), il a des rituels de vérification, des peurs irraisonnées, des troubles organiques rétifs à tout traitement médical, comme les migraines, il est anxieux, il est dévoré par la culpabilité, il est englué dans une histoire familiale dont il ne parvient pas à se dégager, il a subi des traumatismes qui le hantent, il témoigne de la plainte de ce nouveau siècle : la dépression, etc.

D’autres destinées du sujet peuvent être entendues : deuil de son enfant
mort-né ou décédé peu après la naissance (et dont on parle si peu...),
ravages que peut créer chez une femme son compagnon ou sa compagne,
impuissance à trouver un partenaire - ou à le garder ; on sait que le choix de celui-ci n’est pas fixé une fois pour toutes dans un comportement inné : dans la relation amoureuse, le chemin vers l’autre s’invente,...

Et, après un long trajet, il se résout à consulter. N’importe qui peut se rendre chez le psychanalyste, pour autant qu’il en ait le désir. Il n’y a aucune limite d’âge, d’argent, de milieu social, de diplôme,...

Si le psychanalyste n’est pas obligatoirement médecin, il doit avoir été formé de manière rigoureuse. Il s’est lui-même engagé sur le divan chez un psychanalyste reconnu, il a fait des contrôles, c’est-à-dire qu’il a témoigné de sa pratique auprès d’un aîné et il a une formation théorique consistante. C’est entre autres ce cursus qui lui permet d’éviter les mirages de la bonté et de la charité.

Le psychanalyste sait que l’analysant ne cerne pas la vraie cause de son désir, qu’il ne maîtrise pas sa parole ni ses pulsions, que son "dysfonctionnement" ne se réduit pas à un symptôme qu’il s’agit de faire disparaître : il y a alors tout lieu de penser qu’un autre apparaîtra. Il sait que ce symptôme est l’expression d’un conflit inconscient qu’il convient de dialectiser et de mettre au jour. Cela ne se fait pas dans la hâte ni dans la bousculade : il y a un temps à respecter. C’est pourquoi une cure psychanalytique peut paraître longue.

Comment se déroule-t-elle ? Le dispositif est connu : le plus souvent, l’analysant se couche sur le divan et, assis derrière lui, l’analyste écoute dans le discours des associations libres ce qu’un lapsus, un rêve, un acte manqué, un oubli, etc. recèle de désir inconscient et de vérité du sujet. Ce schéma est essentiel car il permet la libération d’une parole de vérité qui, entre autres choses, n’est plus prisonnière du regard. On sait le rôle que le regard joue dans l’échange avec autrui.

L’analysant se soumet à la règle fondamentale : celles de l’association libre. Qu’est-ce que c’est ? L’analysant dit tout ce qui lui vient à l’esprit, sans émettre de jugement ou de critique, sans faire de tri. Il dit ce qu’il a vécu et comment il l’a vécu, ses rêves, ses souhaits, ses actes manqués, ses lapsus, ses idées "bizarres", ses amours, ses haines, ses jalousies, ses dérives, etc. Il parle comme il ne l’a jamais fait, il dit des choses qu’il n’a jamais dites. D’être désarrimée des règles qui gouvernent la conversation courante, cette parole va apparemment dans tous
les sens, sans qu’une logique rationnelle la dirige. Elle est en fait soumise à une autre logique, celle de l’inconscient. C’est pourquoi, en analyse, on ne parle pas comme dans la vie de tous les jours et on n’y dit pas les mêmes choses. La psychanalyse est une pratique de la parole qui exclut radicalement tout échange par le corps. Elle prend appui sur les pouvoirs de la parole, elle ne méconnaît pas le transfert, elle ne fait pas de suggestion et elle n’est pas la servante des thérapies chimiques.

L’analyste intervient en interprétant. Qu’est-ce que cela signifie ? S’imaginer qu’il va asséner une interprétation toute faite à propos d’un rêve, par exemple, est une erreur. L’interprétation de l’analyste est un acte qui s’origine dans le dire de l’analysant et dans ses propres associations libres. Le psychanalyste est attentif aux achoppements du discours : ce qui se dit dans une analyse va toujours bien au-delà de ce que le sujet veut dire. Il dresse l’oreille aux bribes de phrases,
aux éclats de mots qui se répètent. La vérité du sujet s’y chiffre et s’y déchiffre.

L’interprétation se déroule dans le cadre du transfert, c’est-à-dire dans cette relation singulière que l’analysant instaure avec son analyste. Elle n’est pas une parole divinatoire ni un acte thaumaturge, elle est une parole qui libère celle de l’analysant et lui permet d’accéder à la vérité de son désir, il peut alors se dégager des nœuds qui l’emprisonnent et renoncer à ces contraintes de jouissance que sont les symptômes. On l’aura compris, l’interprétation n’est ni empathie ni conseil. L’analyste travaille donc, c’est pourquoi il se fait payer.

Le rythme des séances est soutenu pour une raison simple : un nombre trop restreint de séances ne donne pas à l’analysant le temps de parler de ses fantasmes, de ses rêves, de ses angoisses, de son histoire,..., elle l’encourage plutôt à ne se cantonner qu’au compte rendu de sa vie de tous les jours et de ses aléas.

Au fil des séances et de la parole qui se déplie, le fantasme de l’analysant se construit et laisse apparaître les coordonnées du scénario qui réglait sa vie jusque là, ce qui lui permet de modifier son rapport au monde, au sexe, à l’autre, au travail, à l’amour,... La psychanalyse est une pratique qui, fondamentalement, élargit la liberté et le champ d’action de l’analysant. Notons qu’il le fait à son insu : il ne se rend pas compte qu’il change, qu’il guérit le cas échéant. Ce n’est que dans l’après-coup qu’il en prend toute la mesure.

Anne-Marie DEVAUX et Michel CODDENS, psychanalystes

TAGS Psychanalyse -