Aïkido

Il en vint à penser qu’un art martial pouvait être un outil pour éliminer les mauvais aspects de la personnalité et finalement arriver à un contrôle de l’être unifié, le physique en coordination avec le mental. En développant l’aspect spirituel, il se rendit compte qu’il fallait obéir aux lois de la nature, être en harmonie avec elles. C’est avec cette idée qu’il fonda l’aïkido.

L’originalité de Maître Ueshiba est d’avoir dépassé les limites étroites du combat, de la stratégie pure et simple, et d’avoir envisagé de donner à tous, à travers la recherche de la maîtrise de ce qui reste un art martial, la possibilité d’accéder à un type supérieur de coordination et d’harmonie. Ce principe est aussi une manière intelligente et efficace de s’adapter aux situations.

Idéalement, le pratiquant transpose cette recherche d’adéquation dans sa vie quotidienne. Le message est simple : devenir une personne en harmonie avec les autres, pas seulement à l’entraînement mais aussi dans la vie de tous les jours, quelqu’un d’équilibré, conscient de ses vraies responsabilités. C’est évidemment l’étude de toute une vie. Mais cet esprit est vraiment le cœur de l’aïkido.

DEFINITION ET NATURE
aï = amour, harmonie, union
ki = énergie, force vitale
do = chemin, voie

Cette traduction littérale permet une définition précise mais incomplète. L’explication des idéogrammes japonais est plus précise et plus imagée. Elle parle directement à l’esprit.

Aï est représenté symboliquement par un couvercle et une bouche, tandis que le ki est la vapeur qui s’échappe de la cuisson de grains de riz, do enfin est une tête sur un chemin. L’aïkido est une discipline physique, technique et mentale.

Physique parce -que l’exécution correcte des mouvements améliore la condition générale du corps, en particulier la colonne vertébrale et les articulations. La respiration liée aux techniques stimule la circulation énergétique et sanguine et ce aussi dans certains muscles profonds trop souvent inemployés.

L’exécution des mouvements impose l’étude de sa propre stabilité et développe les réflexes. Après quelques mois de pratique intervient très souvent une métamorphose individuelle tendant à modifier le style de vie (régime alimentaire, activité physique annexe et complémentaire, abandon du tabac, etc.).

Technique parce -que la rigueur des arts martiaux traditionnels s’applique à l’aïkido. Chaque forme comprend tous les éléments de l’attaque et de la défense. Le pratiquant s’efface au dernier moment devant l’action de son adversaire et guide la force déployée par celui-ci en effectuant un déplacement du corps susceptible d’accentuer le déséquilibre, afin de provoquer une chute. L’impression ressentie doit correspondre à celle exprimée par l’expression « enfoncer une porte ouverte ».

Les mouvements d’aïkido s’inscrivent dans des plans circulaires verticaux ou inclinés ou se développent sous forme de spirales suivant les techniques employées. Comme la toupie ou la vague, le corps décrit un mouvement circulaire, sinusoïdal ou les deux à la fois, de façon à déplacer le centre de gravité de l’adversaire pour pouvoir manœuvrer facilement et projeter ce dernier avec facilité. Au fur et à mesure de la progression, les prises disparaissent et les mouvements s’appliquent avant la saisie ou le coup, lorsque la main de l’adversaire est sur le point de saisir ou de frapper .

Mentale parce - que le pratiquant sincère essaie de s’améliorer aussi en dehors du dojo (lieu dédié à l’étude de la voie). Le bonheur sur cette terre est malheureusement bien loin d’être acquis. Et la paix véritable ne peut venir que de l’intérieur. Les contraintes sont faibles en face du librement consenti.

Si chacun essaie de devenir meilleur jour après jour, non seulement dans ses techniques, mais aussi dans la vie quotidienne, il participera alors dans sa modeste mesure à l’amélioration générale. De cette façon, l’aïkido contribue fortement à développer une compréhension mutuelle entre les différents peuples.